La station thermale de Divonne-les-Bains, un modèle à suivre pour les autres stations de la région

Alors que la station thermale de la ville de Divonne-les-Bains se porte à merveille, il ne semble pas en être autant pour les autres stations thermales de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Ce constat a poussé le nouveau comité du tourisme régional à poser vingt millions d’euros sur la table à travers un « Plan Thermal 2016-2020 ».

Divonne-les-Bains, un paradis thermal

Créées en 1848 par le docteur Paul Vidart, les thermes de Divonne-les-Bains ont prouvé leurs bienfaits thermales depuis de nombreuses années en soignant avec succès bon nombre de troubles psychosomatiques, et ce dans un cadre préservé avec, comme paysage prépondérant, l’un des plus beaux golfes d’Europe.

Avec son ensemble d’infrastructures et de services ouvertes tout au long de l’année, la station thermale de Divonne se veut comme un centre de bien-être avec, à disposition, une piscine, un jacuzzi, un sauna, un hammam, un solarium, une salle de repos, des cours collectifs d’aquagym, des cours de fitness, des séances de yoga, de la relaxation ou encore un institut de beauté.

Avec son cadre majestueux face au Mont Blanc, au pied des plus beaux sommets de la chaîne du Jura et à proximité du lac Léman, associé à la nature très généreuse du pays de Gex, les thermes de Divonne figurent parmi les plus grandioses que la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes ait à proposer. Un modèle à suivre pour les autres stations de la région.

Un modèle pour les autres stations

Alors que les thermes de Divonne-les-Bains attirent de nombreux touristes à chaque saison, il n’en est pas de même pour les autres stations thermales de la région, dont certaines voient leur fréquentation baisser d’années en années.

En effet, quand les station de grande notoriété comme Evian, Vichy ou la Bourboule continuent de profiter de leur grandes renommées, d’autres comme celles de Bourbon-l’Archambault ou de la Léchère, qui ne font pas autant parler d’elles, semblent tomber en désuétude, une tendance sans doute liée à la proliférations de centres de thalassothérapie dans le reste du monde.

Un Plan Thermal pour raviver la filière

Mais que nos thermalistes soient rassurés, cette descente aux oubliettes devrait bientôt se terminer pour une remontée en force fantasmagorique. En effet, la nouvelle équipe de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dirigée par Laurent Wauquiez, vient de mettre sur la table pas moins 20 millions d’euros à travers un « Plan Thermal 2016-2020« .

Ce programme consiste à rénover et remettre au goût du jour les stations thermales grâce à un budget destiné à investir dans le retraitement des eaux, la rénovation des piscines ou encore de nouveaux projets d’hydrojets. Trois millions d’euros serviront également à accompagner des actions collectives destinées à l’innovation, à la formation et surtout à la promotion du thermalisme.

Selon Mr Wauquiez, cette mesure devrait permettre de mettre un terme à la baisse de fréquentation que connaissent les stations thermales de la région depuis quelques années. Amis thermalistes, il ne vous faudra donc attendre que quelques années avant de retrouver les paradis des vingt-quatre stations qui habitent la région.

Leave a comment